La Médecine dans l'Antiquité

Copyright © 2009-2012. Tous droits réservés.

- La médecine romaine

- La médecine grecque

- La médecine égyptienne

- Autres civilisations

- Paléopathologie

- Les divinitÚs sanitaires

- Instruments médicaux

- Biographies

- Bibliographies

- Liens

- A visiter

- La SFHM

- Agenda

- Représentations

- Livre d'or

- Boutique

- Forum

 

1ère mise en ligne le 12 Aout 2009.

Dernière mise à jour du site le 28 Juin 2013 à 18h58 .

 

 

Les spécialités médicales

_______________________________________________________

Introduction - Spécialités authentiques et charlatanisme - Les oculistes - Les chirurgiens - Infirmiers et masseurs - La femme-médecin

Isidore de Séville nous rapporte que " Les Latins appellent la chirurgie " opération manuelle " " : en grec, la main se dit cheir. Selon Scribonius Largus , la chirurgie ne peut se passer de la médecine et inversement. Mais pour certains disciples de Thessalos de Tralles, méthodique contemporain de Néron, les hémorragies relèvent de la chirurgie : ça peut expliquer qu'Acilius Hyginus, Cappadocien installé comme chirurgien à Rome, ait imaginé un remède contre les hémorragies stomacales . Du fait de l'absence d'enseignement officiel et de diplôme, la séparation entre médecin et chirurgien est très certainement moins marquée qu'aujourd'hui. Il est possible que le chirurgus n'ait pas été réduit aux seules interventions manuelles. Il a sans doute existe une frange commune avec le medicus, qui comprend les opérations minimes, comme la réduction de légères fractures et le pansement des blessures. De plus, beaucoup de régions rurales doivent se satisfaire du médecin dans les cas d'urgence. Il ne faut pas oublier que le chirurgien a d'abord été appelé le " médecin des blessures " : uulnerarius, uulnerum medicus . C'est lui qui soigne principalement, comme le note Celse, les blessures reçues par les gladiateurs dans l'arène et par les soldats au combat . Les noms de la discipline et de l'opérateur sont grecs : chirurgia n'est attesté que depuis Cicéron, et chirurgus depuis Celse. Même si ces emprunts à la langue grecque sont certainement antérieurs à ces deux occurrences, ils sont postérieurs à medicus et medicina, comme l'indique la formule medicus chirurgus retrouvés sur de nombreuses inscriptions .
" Un chirurgien doit être un homme jeune ou du moins pas trop éloigné de la jeunesse ; sa main sera vive, ferme et ne tremblera pas ; il sera capable de se servir aussi bien de la main gauche que de la droite ; il aura la vue perçante et nette, l'esprit calme ; il sera sensible à la pitié et désireux de soigner son patient, mais sans se laisser troubler par ses cris au point de trop se hâter ou de tailler moins qu'il n'est nécessaire. Il doit tout faire comme si les cris de douleur ne lui causaient aucune émotion. "
Il est évident qu'il ne suffit pas d'être très instruit, une habileté manuelle est nécessaire. Malgré ces qualités qui sont exigées d'eux, les chirurgiens, même compétents, sont redoutés. Leur apparente insensibilité à l'égard du patient opéré sans anesthésie leur vaut d'être traités de bourreaux, comme Archagathos , ou de bouchers .
Il n'y a pas que les traités techniques qui nous renseignent sur les opérations chirurgicales, que ce soient des fractures, des trépanations ou des blessures : Sénèque évoque avec horreur ceux " qui déchirent les patients vivants pour racler et retirer les os et plonger les mains dans leurs entrailles, ceux qui extirpent les veines et amputent les membres " . Nous connaissons un chirurgicus uenarius, qui pratique l'excision et la cautérisation des varices, opération assez fréquente mais douloureuse : Marius supporte courageusement l'opération sur une jambe, mais renonce pour l'autre, " l'amélioration en valant pas la souffrance " . Le chirurgien intervient aussi en gynécologie. Comme toujours, les guerres ont contribué au développement des techniques de la chirurgie , qu'elle soit militaire ou civile : en particulier la trépanation, fréquente malgré le casque : ainsi, un soldat de César se fait fendre son casque en deux et une trépanation le sauve .

 

Qui suis-je? - Contact - Plan du site - Mentions légales - Aide

 

Sur le Web Sur le site

 

Lien vers le forum :

 

Pour suivre l'actualité du site :