La Médecine dans l'Antiquité

Copyright © 2009-2012. Tous droits réservés.

- La médecine romaine

- La médecine grecque

- La médecine égyptienne

- Autres civilisations

- Paléopathologie

- Les divinitÚs sanitaires

- Instruments médicaux

- Biographies

- Bibliographies

- Liens

- A visiter

- La SFHM

- Agenda

- Représentations

- Livre d'or

- Boutique

- Forum

 

1ère mise en ligne le 12 Aout 2009.

Dernière mise à jour du site le 28 Juin 2013 à 18h58 .

 

 

Les écoles médicales

_______________________________________________________

Introduction - La secte dogmatique - La secte empirique - La doctrine d'Asclépiade de Pruse - La secte méthodique - La secte pneumatique - Une secte sans nom : l'enseignement de Quintus, Marinus et Numisianus ?

 

Quand s'établissent puis se développent les contacts entre la Grèce et Rome, la médecine grecque fait son entrée en Italie. Dans un premier temps, c'est le dieu Asclépios qui, en 292 av. JC, envoie lui-même un serpent l'incarner sur l'île Tibérine. Puis, en 219, vient le fameux Archagathos, d'abord admiré puis détesté, recevant le surnom de carnifex. Ca ne modifie pas la médecine du paterfamilias, dont nous parlent tant Caton, Varron ou Pline l'Ancien.
En revanche, après la prise de Corinthe en 146, les choses se déroulent différemment : Asclépiade quitte Pruse en Bithynie pour venir s'installer à Rome. Il appartient à cette vague de médecins qui quitta alors la Grèce, partisans des Romains par conviction ou par opportunisme.
L'idée fondamentale du système si novateur d'Asclépiade est que le corps humain, comme l'ensemble du monde, est formé de minuscules corps, invisibles à l'œil, les onchoi. A l'intérieur de l'organisme, ils se déplacent dans des canaux, dotés eux aussi d'une existence purement théorique. Selon ses parties, le corps humain est plus ou moins " poreux " ; les corpuscules circulent dans des " pores " (ou canaux) qui eux-mêmes sont vides : c'est ce vide qui permet le mouvement et donc le changement. La santé dépend donc d'un flux régulier des corpuscules .
Si, après Asclépiade, il y a quelques médecins asclépiadiens, peu d'entre eux se sont fait un grand nom, le plus célèbre étant Cassius l'iatrosophiste (IIe s. ap. JC). Les véritables héritiers d'Asclépiade seront les méthodiques, malgré l'hostilité qu'ils proclament contre toute spéculation : il est possible de voir un lien direct entre la notion d'engorgement asclépiadien et la notion méthodique de l'état de resserrement du corps.

 

 

 

 

 

 

Qui suis-je? - Contact - Plan du site - Mentions légales- Aide

 

Sur le Web Sur le site

 

Lien vers le forum :

 

Pour suivre l'actualité du site :