La Médecine dans l'Antiquité

Copyright © 2009-2012. Tous droits réservés.

- La médecine romaine

- La médecine grecque

- La médecine égyptienne

- Autres civilisations

- Paléopathologie

- Les divinitÚs sanitaires

- Instruments médicaux

- Biographies

- Bibliographies

- Liens

- A visiter

- La SFHM

- Agenda

- Représentations

- Livre d'or

- Boutique

- Forum

 

1ère mise en ligne le 12 Aout 2009.

Dernière mise à jour du site le 28 Juin 2013 à 18h58 .

 

 

Biographies

_____________________________________________________________

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Héliodore

Références : MARGANNE M.H., "Le chirurgien Héliodore : tradition directe et indirecte", in Études de médecine romaine, Mémoires 8 du Centre Jean Palerne, édités par Guy Sabbah, PUSE, Saint-Etienne, 1988, p.107 à 112 (plus d'infos ici).

Héraclide de Tarente

Médecin de l'école empirique, 1er s. av. JC, élève de l'hérophiléen Mantias à Alexandrie, puis de Ptolémée de Cyrène, introduit dans la thérapeutique la distinction entre maladies internes et externes. Les savants situent son apogée vers 75 av. JC, faisant de lui un contemporain d'Asclépiade. Il a rassemblé un vaste matériel, dans lequel de nombreux médecins et pharmacologistes antiques puiseront. C'est lui qui introduisit l'opium en thérapeutique. Il avait composé un ouvrage Sur la secte empirique que Galien reprit en 7 livres aujourd'hui disparus. On peut le considérer comme une sorte de rénovateur de l'empirisme, préconisant un recours mesuré et sélectif à des procédures rationnelles. Il était estimé par Galien pour son intégrité et sa connaissance médicale. Pline le cite comme source pour ses livres XII et XIII. Il a écrit, selon ce dernier et Dioscoride, sur les remèdes tirés des métaux, délaissant la botanique.
Voir dans Caelius Aurelianus, Celse, Diogène Laerce, Dioscoride, Galien, Pline.

Hérophile

Médecin alexandrin de l'école rationaliste, exerce dans la 1ère moitié du IIIe s. av. JC, vient de Chalcédoine. Il eut de nombreux disciples, directs ou non, dont Bacchius, Zénon, Chryserme, Démosthène Philalèthès, Aristoxénos, Philinos de Cos et surtout Héraclide d'Erythres. Son école durera beaucoup moins longtemps que celle d'Erasistrate, peut-être parce qu'un de ses élèves les plus célèbres, Philinos de Cos, fonda la secte empirique. Après avoir étudié à Cos, où il eut pour maitre Praxagore, il s'installe à Alexandrie où il donna un nouveau visage à la médecine. Grand anatomiste, chirurgien, il est présent dans l'œuvre de Soranos comme gynécologue et obstétricien connaissant bien les problèmes de la femme et ayant bien observé le développement fœtal, mais aussi comme théoricien. Pline le désigne comme le premier médecin à chercher les causes des maladies. Soranos cite un de ses traités Contre les opinions communes, dont aucune autre mention n'est faite. Son traité Obstétrique est aussi perdu. Pline le cite comme source pour son livre XI.
Voir dans Celse, Galien, Isidore de Séville, Oribase, Pline, Rufus d'Ephèse, Soranos d'Ephèse.

Hippocrate de Cos

Médecin grec né à Cos en 460 av. JC, mort en Thessalie vers 356, le plus connu de l'Antiquité classique, sous le nom duquel est transmis l'essentiel de la production médicale des Ve-IVe s. av. JC, le Corpus hippocratique ; c'est le " père de la médecine " ; sa vie est mal connue, en raison de la date tardive de tous ses biographes qui ont mêlé vérité et légende. Pline le cite comme source pour ses livres XI, XX à XXVIII, XXXI.
Voir dans Arétée de Cappadoce, Cassius Felix, Celse, Dioscoride, Galien, Gargilius Martialis, Oribase, Pline l'Ancien, Rufus d'Ephèse, Scribonius Largus, Soranos d'Ephèse, Varron.

 

Qui suis-je? - Contact - Plan du site - Mentions légales- Aide

 

Sur le Web Sur le site

 

Lien vers le forum :

 

Pour suivre l'actualité du site :